Le Chevalier de l’Immaculée

 

Le Chevalier de l’Immaculée

Lettre n° 9 — 4e trimestre 2019

La consécration à l’Immaculée prononcée pour l’entrée dans la Militia Immaculatæ commence par cette belle invocation : « Ô Immaculée, Reine du Ciel et de la terre, Refuge des pécheurs… »
Commençons donc par examiner ce qu’est un « refuge ». La première notion qui se présente à notre esprit, quand nous pensons au refuge, est celle du refuge de montagne. Et c’est heureux, car la sainteté est une montagne à gravir. Ce refuge matériel est un abri où l’on jouit de plusieurs bienfaits temporels : 1) la lumière qui préserve des ténèbres extérieures, 2) la nourriture qui refait les forces, 3) la boisson qui rafraîchit des ardeurs du soleil de la journée, 4) la chaleur qui garantit du froid extérieur, 5) le repos qui apporte le réconfort après l’effort, 6) la protection contre les bêtes sauvages qui rôdent aux alentours, 7) l’amitié partagée qui réjouit le coeur de l’homme. Cette description est attrayante, sympathique et séduisante… À partir de cette analyse, transportons-nous dans le domaine surnaturel et marial en particulier.
Le terme de « refuge » nous renvoie directement au message de Notre-Dame de Fatima : « Mon Cœur Immaculé sera ton refuge, et le chemin qui te conduira jusqu’à Dieu ».

Télécharger :      pdf 

 



Le Chevalier de l’Immaculée

Lettre n° 8 — 3e trimestre 2019

La consécration à l’Immaculée que le nouveau chevalier prononce à l’occasion de la cérémonie d’entrée dans la Militia Immaculatæ commence par cette belle invocation : « Ô Immaculée, Reine du ciel et de la terre… »
L’Immaculée est donc Reine du Ciel et de la terre. La Royauté de Marie est une de ces vérités qui est enseignées par le magistère ordinaire universel. Le pape Pie XII l’a confirmé dans sa lettre encyclique Ad cœli Reginam du 11 octobre 1954 :
« La Vierge Marie, Mère de Dieu, règne sur l’univers entier avec un cœur maternel, tout comme Elle est ceinte d’une royale couronne de gloire dans la béatitude céleste. »

Télécharger :      pdf 

 


Le Chevalier de l’Immaculée

Lettre n° 7 — 2e trimestre 2019

La consécration à l’Immaculée que le nouveau chevalier prononce à l’occasion de la cérémonie d’entrée dans la Militia Immaculatæ commence par cette belle invocation : « Ô Immaculée, Reine du ciel et de la terre… »

« L’Immaculée » : c’est presque l’unique nom que donnait le Père Kolbe à la très sainte Vierge. Ce titre, utilisé dans la Milice de l’Immaculée pour invoquer Marie, est un titre dogmatique. C’est la piété fondée sur la doctrine catholique ; c’est la doctrine catholique transfigurée par la piété.

Le dogme de l’Immaculée Conception a été proclamé par le pape Pie IX le 8 décembre 1854. Voici les termes de la définition dogmatique : « La bienheureuse Vierge Marie a été, dans le premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulières du Dieu tout-puissant, en vue des mérites de Jésus-Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel. »

Télécharger :      pdf 

 


Le Chevalier de l’Immaculée

Numéro hors-série

Ce numéro hors-série du « Chevalier de l’Immaculée » a comme but principal de vous informer plus amplement de la dimension de la Milice de l’Immaculée et de son efficacité missionnaire dans les quatre coins du monde qui ne fait que grandir.

 

Télécharger :      pdf 

 


Le Chevalier de l’Immaculée

Lettre n° 6 — 1e trimestre 2019

Le chevalier de la M.I. est un instrument dans les mains de l’Immaculée. Il est nécessaire d’approfondir cet aspect de la spiritualité de la M.I. pour comprendre le rôle de ses membres et les maintenir dans l’humilité.
Beaucoup d’âmes ne font pas d’apostolat parce qu’elles ne regardent l’apostolat qu’avec des « yeux d’hommes », c’est-à-dire les yeux du corps, comme si cette activité n’était qu’une activité purement humaine. Dans cette fausse perspective, on croit qu’il suffit de convaincre en parlant, en argumentant et en démontrant. On croit, implicitement, que la conversion n’est qu’une question de discours. On semble convaincu qu’il faut des qualités intellectuelles et oratoires et qu’elles suffisent par elles-mêmes. On s’imagine que c’est la connaissance qui compte et qu’il faut, en conséquence, du savoir, des arguments et des raisonnements contraignants. Tout cela n’est que naturalisme ! C’est oublier que l’apostolat est, avant tout, une oeuvre surnaturelle, une oeuvre de la grâce. Ceci est donc une manière de voir et d’agir qui mène soit à la présomption, soit au découragement.

Télécharger

 


Le Chevalier de l’Immaculée

Lettre n° 5 — 4e trimestre 2018

Le chevalier membre de la M.I. doit être un instrument docile dans les mains de l’Immaculée. Pour bien comprendre cette exigence, il faut expliquer la nature de l’instrument. Un exemple va éclaircir l’explication. Pour écrire au tableau, j’ai besoin d’une craie. Par elle-même, la craie n’est capable de rien si elle n’est prise en main par le maître d’école. Dès qu’elle est utilisée, elle produit un effet qui lui est propre : elle laisse sur le tableau une trace de poussière de couleur. Par elle-même, elle n’est pas capable de plus. Dans la main du maître, la trace qu’elle va laisser sur le support prendra la forme d’un mot, mot qui renvoie à une idée. La trace de la craie, en l’occurrence, possède quelque chose d’intelligible qui ne vient pas d’elle-même, mais de celui qui l’a utilisée. L’instrument a donc une vertu propre, mais il laisse passer à travers lui une vertu qui lui est supérieure, qui le dépasse, qui lui est étrangère. C’est la doctrine de la causalité instrumentale en philosophie traditionnelle.

Télécharger

 


Le Chevalier de l’Immaculée

Lettre n° 4 — 3e trimestre 2018

Causalité instrumentale de Marie, dans le plan de la Rédemption, doit intéresser, au plus haut point, tout chevalier de Notre-Dame. Au numéro 259 de son Traité, Montfort fait une autre application du principe de la causalité instrumentale, cette fois, dans le domaine de la sanctification des âmes mariales : « Il faut se mettre et se laisser entre ses mains virginales comme un instrument entre les mains de l’ouvrier ». Son disciple, le Père Kolbe, va développer cette doctrine dans le domaine de l’apostolat marial. Dans une conférence du 13 juin 1933, il dit : « Lorsqu’Il agit, Dieu veut toujours se servir d’instruments, et à leur tour, ces instruments se servent d’autres instruments, de sorte qu’ils forment ensemble un tout harmonieux, beau et précis. Nous sommes ces instruments de l’Immaculée ». Soyons donc des instruments dociles afin qu’Elle puisse faire de nous tout ce qu’Elle veut, et sauver le plus grand nombre d’âmes possible, le plus vite possible !


Le Chevalier de l’Immaculée

Lettre n° 3 — 2e trimestre 2018

La piété doit être fondée sur la doctrine, et la doctrine doit s’épanouir dans la piété. Il est possible de transposer cet adage dans le domaine de l’apostolat : l’apostolat doit être fondé sur la doctrine, et la doctrine doit s’épanouir dans l’apostolat. Comment en faire l’application au Chevalier de Notre-Dame, engagé dans la Milice de l’Immaculée pour être son apôtre ?


Le Chevalier de l’Immaculée

Lettre n° 2 — 1e trimestre 2018

Voici donc le deuxième numéro de la revue de la Militia Immaculatæ du District de France. Il comporte quatre pages : une pour le Mot du Modérateur national, une deuxième pour son fondateur, le Père Kolbe (rédigée par les Pères Capucins de Morgon), une troisième, réservée à la formation doctrinale, et une quatrième, rédigée par le Directeur de la M.I. qui fournira des nouvelles de l’œuvre répandue dans le monde entier.

Le Chevalier de l’Immaculée

Lettre n° 1 — 4e trimestre 2017

Voici donc le premier numéro de la revue de la Militia Immaculatæ du District de France. Il comporte quatre pages : une pour le Mot du Modérateur national, une deuxième pour son fondateur, le Père Kolbe (rédigée par les Pères Capucins de Morgon), une troisième, réservée à la formation doctrinale, et une quatrième, rédigée par le Directeur de la M.I. qui fournira des nouvelles de l’œuvre répandue dans le monde entier. En ce centenaire de la fondation de la M.I., restons tous bien unis autour de l’Immaculée, « terrible comme une armée rangée en bataille ».